Skip to main content

Renouvellement de la convention TER : Rencontre à Lyon entre Laurent Wauquiez et Guillaume Pepy

Ce lundi 13 novembre, le Président de région Laurent Wauquiez et Guillaume Pepy, PDG de la SNCF présentaient à Lyon la nouvelle convention TER. La Région Auvergne-Rhône-Alpes et la SNCF ont trouvé un accord pour définir les points de cette nouvelle convention les liant pour six ans. Une information FR3-régions

Etat des lieux de la mobilité autour de Genève

Etat des lieux de la mobilité autour de Genève

Il est plus que jamais nécessaire de repenser la cohérence du réseau de mobilité de la région franco-genevoise. Le lien entre les projets ferroviaires et les  Le nombre de voitures venant de France vers Genève, risque encore de croître. Différentes raisons y contribuent, non seulement l’attrait pour les emplois, pour les activités économiques drainent une population à Genève mais aussi la pénurie et la cherté des logements provoquent l’exode  de Genevois vers les régions frontalières.  Cela représente « 300 000 déplacements quotidiens en voiture supplémentaires et 79 000 voitures de plus sur le territoire ». Le développement de lignes de bus, tels les BHNS (Bus à haut niveau de service) représente le complément indispensable aux lignes ferroviaires et demanderont un effort important d’investissement.

Toujours plus de voitures.

Dans un article paru le 12 janvier dans la Tribune de Genève signé par Marie Prieur, on peut lire :

« …on sait que dans l 12 janvier e Genevois français l’usage des transports individuels motorisés représente 67%, contre 6% pour les transports collectifs…on découvre que, sur ce même territoire, 15 nouvelles voitures sont mises en circulation chaque jour! Dans son schéma métropolitain de mobilité, l’ARC (qui réunit les collectivités françaises entourant Genève) relève encore que 42% des flux domicile travail se font vers la Suisse (sachant que 50% de ces flux sont internes au Genevois français) ».

Une des conséquences : un  taux de pollution en augmentation.

 «  Si rien ne change, la situation promet de devenir irrespirable. En effet, en se basant sur les hypothèses de croissance démographique dans le bassin lémanique, les analystes estiment qu’«à l’horizon 2030, on compterait 120 000 habitants de plus, ce qui correspond à environ 450 000 déplacements supplémentaires, sur un total de 1,5 million aujourd’hui. Si les pratiques actuelles sont conservées, cela signifie: 300 000 déplacements quotidiens en voiture supplémentaires et 79 000 voitures de plus sur le territoire.»

Dès le 30 janvier, débutera le chantier de la ligne  vers Saint Julien.

« …Le développement des infrastructures de transports s’est imposé dans les politiques d’aménagement du territoire. D’où l’omniprésence par exemple des mesures dites de mobilité dans les projets d’agglomération successifs (soit 416 sur 554 mesures au total), notamment au sein du numéro 3 signé en décembre. Parmi les projets débordant par-delà la frontière, on retrouve les extensions des lignes de trams en direction de Saint-Julien, Saint-Genis et Annemasse, dont le chantier débute le 30 janvier. L’objectif, comme le rappelle Gabriel Doublet, vice-président de l’ARC, est de «permettre aux habitants de pouvoir bénéficier de moyens de transport efficaces et d’alternatives crédibles à la voiture».  (Tribune de Genève 12.01.2016)

 BHNS : un investissement important pour le Genevois français.

« En tout, d’ici cinq à dix ans, dans le Genevois français, près d’un milliard d’euros  seront investis dans les transports. Jean Denais, président de l’ARC, résume la philosophie générale fondée sur «la valorisation du Léman express avec les différents pôles d’échanges multimodaux (soit 10 côté français); les extensions de lignes de tram; le déploiement des bus à haut niveau de service (BHNS) et le développement des modes doux.» (Tribune de Genève  12.01.2016).

La Confédération assure un soutien financier de plus de 16 millions d’euros.

« Le BHNS Genève-Sciez permettra un gain de temps de quinze minutes sur ce trajet. Côté Ain, on mise aussi sur un BHNS, celui qui assurera la liaison Cornavin-Ferney-Gex. Il s’agit de procéder à des aménagements sur 10 km entre la douane de Ferney et Gex, en passant par Ornex, Segny et Cessy. «Cet axe est actuellement desservi par la ligne F qui subit, à défaut de site propre, une congestion routière croissante durant les heures de pointe», précise le département. Pour son président, Damien Abad, c’est la priorité. «Je veux que l’on délivre quelque chose au cours de notre mandat», insiste-t-il, rappelant que Berne apporte son soutien financier au projet avec une subvention de 16,29 millions d’euros sur les 42 millions nécessaires ». (Tribune de Genève 12.01.2016).

Le désenclavement du Chablais.

Selon la Tribune de Genève (12.01.2016), Christan Monteil, président du Conseil général puis départemental de la Haute-Savoie,  a déclaré :«le projet la 2×2 voies entre Machilly et Thonon entre dans la phase de mise à l’enquête au 2e semestre de 2017» Cela représentera deux ans de travaux.

Outre ces mesures, le projet d’échangeur à Viry, mené par le concessionnaire Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc (ATMB) en partenariat avec le Conseil départemental de la Haute-Savoie est prévu à l’horizon 2019 au plus tôt.

La boîte à outil, selon la Tribune de Genève :

Le CEVA inclut côté français les 2,5 km de voies ferrées et la restructuration des gares d’Annemasse et du Genevois. Pour un budget de 234 millions d’euros (251 millions de francs).

Les pôles d’échanges multimodaux, au nombre de 10 sur le périmètre de l’ARC. Soit 73 millions d’euros investis.

La 2×2 voies du Chablais haut-savoyard, soit les 16,5 km manquants, entre Machilly et Thonon. Le coût est évalué à 200 millions d’euros.

L’ échangeur de Viry, pour 12 millions.

Le passage au payant du contournement de Genève entre Saint-Julien et Annemasse est en suspens.

25 parkings relais supplémentaires soit 3600 places de plus sur le territoire de l’ARC. Le montant atteint 10 millions.

Des voies vertes, liées aux gares, dont les travaux se chiffrent à 16 millions. M.P. (TDG)

Les usagers du rails demandent un meilleur réseau

Les associations des usagers du rail de Genève, du Pays de Gex et de Haute-Savoie s’unissent pour demander aux autorités, françaises ou suisses, de développer le réseau ferroviaire dans la région lémanique, comme le rapporte la Tribune de Genève. “L’union fait la force”, estime ces associations.

La ligne du pied du Jura (entre Bellegarde et Divonne), la ligne du Tonkin, la gare des Eaux-Vives, ou encore le retour des trains régionaux sur la ligne des Carpates, etc. Autant de sujet qui rassemblent les usagers de ces différentes régions. La bataille s’annonce longue pour ces associations, qui voient la mise en service du Léman Express comme une étape, qui ne réglera toutefois pas tous les problèmes de transports du Grand Genève.