Le Comité de l’Association lémanique pour la promotion du rail (Alprail), active en France et en Suisse, soutient à l’unanimité la prise de position suivante :

« Comme relevé dans le document du SIAC remis en annexe de l’enquête publique, 43’700 nouveaux habitants sont attendus d’ici 2035 dans le Chablais. Ils généreront environ 170’870 déplacements quotidiens supplémentaires.

Les nuisances du trafic routier atteignent déjà des limites intolérables et la réflexion doit se faire en tenant compte du futur qui est inexorable. Les problèmes climatiques que chacun peut constater sont également à prendre en considération et l’encombrement de la route est inévitable si aucune solution alternative n’est mise en place.

En décembre 2019 le Léman express sera mis en service et finira en cul de sac à Evian. Son prolongement naturel devra achever la boucle du Léman en utilisant la plateforme existante de 17 km du Tonkin. Même si cette réalisation ne résoudra pas tous les problèmes elle doit se comprendre avec une montée en puissance des transports en commun et des lignes de rabattement, entre autres les liaisons lacustres.

La mobilité douce, également importante dans la région, ne doit pas mettre en péril la ligne ferroviaire sud-Léman mais doit s’envisager en parallèle. Une voie réservée à ce style de mobilité ne prend que peu d’espace et y trouvera aussi sa place. Le long du lac de Constance il y a une ligne de chemin de fer, une piste cyclable et une route le tout en parfaite cohabitation.

Il est à relever que les autorités franco-suisses travaillent actuellement à l’élaboration d’un traité pour exclure définitivement tout trafic de fret. Il comportera explicitement que la ligne entre Evian et St-Gingolph pourra être uniquement parcourue par des trains voyageurs.

Cette ligne placerait Monthey à un peu plus d’une heure de Genève et des trains sont prévus, au début toutes les heures, entre Evian, Sion et Brig avec la possibilité de travailler pendant son déplacement. Elle contribuera à la mise en place d’une mobilité durable ainsi qu’à l’essor économique et touristique de toute une région.

Alprail encourage à garder une vision à long terme, elle seule permettant un développement respectueux de l’environnement et du climat. »