Comme le relève Marc Moulin dans la Tribune de Genève du 1 juin et celle du 15 juin les nouvelles oppositions au sujet des protections antibruit font courir un risque de retard supplémentaire à la mise en service du CEVA. «Si nous voulons être dans les temps, nous devons impérativement disposer d’une autorisation en force cet été pour démarrer les travaux sur la section allant des Eaux-Vives à la frontière», indique Magalie Melly, porte-parole du projet CEVA.