Le nombre d’usagers du rail voyageant quotidiennement entre Genève et Lausanne était de 50000 en 2010. Ce nombre, déjà impressionnant, doublera d’ici 2030, selon les prévisions des CFF. Une telle augmentation de la demande implique des projets d’envergure pour augmenter à la fois les capacités sur les lignes, ainsi que dans les gares. C’est le principe du projet Léman 2030, piloté par les cantons de Genève et de Vaud, l’Office fédéral des transports, ainsi que par les CFF. Il comprend des investissements colossaux, dans le but de doubler le nombre de places assises le long du Léman, tout en permettant des cadences au quart d’heure sur les RER Vaud et Léman Express. A ce titre, la large acceptation en votation du fonds d’investissement ferroviaire (FAIF), en février 2014, devrait permettre d’assurer le financement de ces projets. Alprail compte en tout cas veiller à leur concrétisation.

Les gares de Renens et de Genève, actuellement saturées aux heures de pointe, relèvent les CFF, doivent également être transformées pour assumer l’augmentation des voyageurs. Concernant la gare Cornavin, une extension souterraine est déjà planifiée. Une convention a été signée en décembre 2015 par la Confédération, le canton et la ville de Genève. Elle fixe les détails techniques et financiers du projet.

 

Lien : Léman 2030

Tribune avril 2016 – Suppl. gare souterraine