Asphyxiés à cause des travaux, des restaurateurs et des commerçants se sont constitués en groupe; ils demandent des indemnités, mais les pouvoirs publics font la sourde oreille. Par Julie Eigenmann dans Le Temps.