Le 12 décembre 2019, restera une date marquante dans l’histoire de la région, avec l’inauguration du plus grand réseau ferroviaire transfrontalier d’Europe : le Léman Express avec ses 45 gares et 230  kilomètres de lignes.

Les  autorités organisatrices de transports et les entreprises ferroviaires françaises et suisses  se sont retrouvées à la jonction entre Annemasse et Coppet, à la gare des Eaux-vives.

Un nouveau départ.

C’est l’aboutissement de plus d’un siècle de projets, rétraction, nouveau projet qui ont demandé énormément de travail et d’ingéniosité. C’est aussi le couronnement de la ténacité des innovateurs et pionniers, notamment au sein d’Alprail, qui ont initié des idées un peu folles devenues maintenant réalité. Les nouveaux projets encore en gestation trouvent ainsi l’occasion d’être réactivés.

200 trains sillonneront le réseau chaque jour.

Les lignes Léman Express L1, L2, L3 et L4  relient dorénavant Coppet/ Genève  à Evian-les-Bains, Annecy, Saint-Gervais-les-Bains-Le-Fayet et Annemasse.

Sur la ligne Genève-Annemasse, les clients disposeront de six trains par heure et par sens. La flotte  binationale est composée de 23 trains Flirt et de 17 trains Regiolis.

Il fallait y croire…

« Le projet d’une relation ferroviaire entre Cornavin, les Eaux-Vives et Annemasse date de la fin du 19e siècle » mentionne l’ingénieur Daniel Mange, une des chevilles ouvrières qui a largement contribué par son engagement à la création du CEVA. Il rend cependant hommage à Sigurd Maxwell, fondateur de Alprail, qui dès les années 1990, militant de la cause ferroviaire, a joué un rôle crucial dans la promotion de la liaison Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse. « Ce fut une dure bataille », raconte encore Daniel Mange. « On nous a pris pour des originaux !».

Nouveaux défis.

Monsieur Patrice Plojoux, Président d’Alprail et ex-président des Transports publics genevois vise l’avenir : « …Il y a encore du travail à faire, notamment le lien avec Annecy et la réhabilitation de la ligne du Tonkin (Sud-Léman); c’est la suite logique du Léman-Express. Se pose aussi la question de la nouvelle ligne entre Genève et Lausanne et l’avenir de celle du Pied-du Jura (Bellegarde-Divonne).  La question de la liaison entre le Léman-Express et l’aéroport reste en suspens pour le moment et bien d’autres sujets à redécouvrir.

Un événement  qui marque les esprits !

L’ancien conseiller d’Etat, Robert Cramer s’est réjoui de ce jour si important pour Genève et la région, tout en soulignant que rien n’aurait pu être fait sans l’engagement des associations comme Alpail, l’ATE et les syndicats qui ont permis d’amener le sujet sur un plan politique.

ML

Il fallait faire circuler sur le même réseau transfrontalier deux types de trains de deux constructeurs différents et construire un horaire unique.