Skip to main content

De nouvelles  oppositions contre le CEVA, vont encore retarder le chantier.

Ce sont des craintes de perturbations sonores qui ont motivé 24 propriétaires  dans le quartier de La Chapelle sur le territoire de  Lancy, à saisir l’Office fédéral des transports. Les plaintes sont différentes de celles évoquées par  des habitants des Eaux-Vives il y a quelques mois car il s’agit sites nouveaux. Les pics nocturnes ne devraient pas dépasser 30 décibels (dB), or selon les opposants, ils dépasseront 44 dB.

Les responsables du CEVA,  estiment que les précautions prévues suffisent largement à respecter la norme légale mais l’association de défense reste sur sa position en réclament une meilleure protection contre les vibrations, comme le relève la Tribune de Genève.

La Voie verte CEVA devient une réalité !

Ce 20 mars, le conseiller d’Etat chargé du Département de l’environnement, des transports et de l’agriculture du canton de Genève a donné le premier coup de pelles pour planter six arbres le long de la Voie verte. Il était accompagné par les représentants politiques de la Ville de Genève et des communes de Cologny, Chêne- Bougeries, Chêne-Bourg et Thônex.

« 2017 est l’année de la Voie verte pour le projet CEVA » a déclaré Antoine Da Trindade, Directeur de projet. La voie verte sera mise en service fin 2017 entre le Foron et les Eaux-Vives, devenant ainsi un axe majeur pour les piétons et les cyclistes.

Les gares du CEVA présentent déjà des faiblesses !

Le Laboratoire de sociologie urbaine de l’EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne) a dressé un rapport satisfaisant sur l’ensemble des aménagements du CEVA, sauf en ce qui concerne les accès aux trams et bus ! Il faut s’attendre à des complications, notamment à la gare de Pont-Rouge à Lancy et surtout à la gare de Chêne-Bourg. Les voyageurs devront parcourir jusqu’à plus de 400 m. pour atteindre certains arrêts de tram !

A Pont-Rouge, c’est le « slalom » que les piétons devront franchir pour rejoindre leur correspondance, qui est dénoncé par l’étude.

A la halte Bachet s’il est prévu un parking P+R de 1300 places, ce ne seront que les omnibus qui s’y arrêteront et pas les grandes lignes ! Incohérence ? L’Etat estime que non.

Du côté de la gare des Eaux-Vives, cela ne semble pas mieux :  on attend près de 14.000 personnes chaque jour aux d’ici 2020 et 20.000 en 2030. La fréquence des trams (ligne 12) sera -t-elle suffisante pour absorber tout ce monde, alors que la ligne est déjà surchargée ? Bien des questions en suspens.

Marc Moulin revient sur ce rapport dans la Tribune de Genève

 

 

Rouler sur la voie verte du CEVA

Les 12 km de la voie verte entre Annemasse et Bonne et d’Annemasse à Genève sont sur le point d’être utilisés par les piétons et les cyclistes, du moins partiellement, comme le relève Julia Chivet dans Le Messager.

Les travaux ont débuté à Crans Sales en juin dernier et s’étendent vers Vétraz-Monthoux et bientôt Bonne.

La voie verte entre Annemasse et Genève sera utilisable au début 2018.

Dès le mois de mars, débutent les travaux de modernisation de la gare d’Annemasse.

Le futur développement ferroviaire impose des modifications. L’adaptation des quais à un flux de voyageurs plus important s’impose. Les voies doivent aussi être modifiées.

Le quai  1 sera rallongé de 100 mètres. Un nouveau quai sera dédié aux voyages entre Annemasse et la Suisse et des travaux importants obligeront la fermeture partielle de la gare entre mars et septembre 2018.

Un artiste français décorera la paroi de verre de la station Lancy-Pont-Rouge

La grandiose marquise de verre imaginée par l’architecte Jean Novel à la station Pont-Rouge à Lancy étant trop coûteuse, elle sera remplacée par un simple parapet vitré. Le Fonds d’art visuel de la Ville de Lancy a lancé un concours pour décorer ce mur de verres. Parmi 28 dossiers et projets, le jury a choisi celui de l’artiste Gérard Collin-Thiébaut, déjà sollicité pour les vitraux de la cathédrale de Cahors.

Intitulé « Hier, aujourd’hui,demain », la maquette laisse une place privilégiée à l’histoire du village de Lancy et à ses habitants.  La station Pont-Rouge, devrait être opérationnelle en juin 2017 comme le relève Irène Languin dans la Tribune de Genève.

Un nouvel obstacle pour le CEVA.

Cette fois ce n’est pas en raison de problème technique que la date de mise en service du CEVA risque d’être reportée, c’est en raison des mécontentements de riverains. Le dépôt de quatre nouvelles oppositions déposées récemment, en raison des risques des vibrations et perturbations sonores, laisse songeur.

La comparaison avec l’installation du métro à Lausanne qui s’est fait sans grand heurt, illustre bien selon le journaliste et chroniqueur Marc Moulin de la Tribune de Genève, une certaine mauvaise humeur ou mauvaise foi bien genevoise.

On a trop souvent attribué au CEVA la cause de tous les maux : le bruit, la dévalorisation des terrains ou son contraire, l’importation de « malfrats étrangers ». Porteur de beaucoup de fantasme, il alimente encore les débats alors que l’avancement global du projet a atteint les 74 %.

L’art s’invite au futur Léman-Express !

Comme le relève Léman Bleu des jeunes artistes suisses et français spécialisés dans l’art urbain vont peindre leur vision de la région avant sa transformation ferroviaire : 230 kilomètres de lignes desservant quarante-cinq gares !

C’est sur le bus de la ligne 61, reliant les gares de Cornavin et d’Annemasse, ainsi que sur des bâches de chantiers de la gare des Eaux-Vives, futur pôle multimodale au cœur du réseau que les artistes Joule Champod, natif de la Jonction (CH), et Nadib Bandi, originaire de Saint-Julien-en-Genevois (FR), exerceront leur art.

En sus du bus 61, les artistes du collectif Leitmotiv constitué de Wozdat, Keim et Ygrek1, originaires d’Annecy, Grenoble et Genève, ainsi que K2 et Koko, originaires de Cranves-Sales et Douvaine, ont réalisé des fresques géantes sur des anciennes bâches du chantier CEVA.

Un art qui se veut visible : près d’un million de personnes seront interconnectées grâce au rail !

Fin de trois passages à niveau dangereux !

L’arrivée du Léman -Express entraîne la création de ponts et de passages sous les voies ferrées sur l’axe Annemasse, Roche sur Foron et Aix- les-bains, Annemasse.

Trois passages à niveau dangereux (PN90, PN91 et 93) situés sur les communes de Reignier-Esery et Etrembières sont voués à disparaître.

Un pont-rail permettra le passage sous la voie ferrée, et un pont-route à Etrembières PN 93 passer pardessus. Les travaux, financés en partie par le département de Haute-Savoie comportent aussi la réalisation d’un rond-point (RD2 et RD302).

L’opération se fera sous la maîtrise de SNCF Réseau.

Une enquête publique est ouverte jusqu’au 28 février dans les mairies.

La suppression de ces trois passages à niveau est prévue dans le cadre du programme Ceva.  Parallèlement, des travaux de modernisation sur la ligne Annemasse-La Roche-sur-Foron sont en cours pour répondre à une augmentation des voyages sur cette portion.

 

(Le Messager Genevois, jeudi 26 janvier 2017 par Stéphane Grosjean)