Lettre ouverte à Monsieur Etienne BLANC

Vice- Président de la région Auvergne Rhône Alpe

 

Monsieur le Président,

Il y a environ cinq ans naissait l’association Le Tr’ain, avec le président fondateur J-L Boucher, à l’époque maire de St Germain de Joux. Il était accompagné par le président d’ASURAIL (Association Savoyarde des Usagers du Rail)  J-B Lemoine et soutenu par plusieurs de ses collègues de communes environnantes longeant la ligne du Haut Bugey Bourg-Bellegarde. Nous en citons quelques unes : Châtillon- en- Michaille, Nantua, Simandre-s-Suran, Villereversure. Des associations amies, CODUTREBC à Culoz et ADULA à Meximieux étaient, et sont, toujours à nos côtés.

Cette association a été conçue pour une cause unique : remettre en service des trains régionaux, comme ils en existaient avant la réfection de la ligne du Ht Bugey et afin d’y faire circuler des TGV.

Une partie de l’enveloppe concernant les travaux a été financée par la confédération Suisse. Des élus Genevois réclamaient aussi un service ferroviaire adéquat pour les nombreux frontaliers en provenance de Bourg et Nantua, afin de libérer le réseau routier. Il s’agissait aussi de  résoudre l’épineux problème des parkings en ville de Genève. Les frontaliers et autres voyageurs provenant de l’axe des Carpates laissent leurs véhicules en surcharge à Bellegarde et à La Plaine, parfois avec un stationnement sauvage. L’autoroute A 40 est payante et difficile l’hiver et, les routes d’accès peu sûres et encombrées.

Nous avons donc demandé à plusieurs reprises la mise en place de TER sur Bourg-Nantua-Bellegarde à la région d’alors et à la SNCF, sans résultats, nos réclamations et propositions n’étant pas vraiment examinées.

Actuellement la grille horaire entre Genève et Bellegarde est très étoffée. En 2019 avec la circulation des rames du Léman-Express celle-ci sera encore plus performante, malheureusement à Bellegarde il n’existe aucun moyen ferroviaire pour pouvoir continuer dans la direction de Nantua, Nurieux- Volognat, Oyonnax, lieux de domiciles de nombreux frontaliers riverains et de personnes âgées ne se déplaçant plus en automobile, et aussi les autres clients du rail voyageant en TER.

La SNCF évoque toutes sortes de particularités  pour éviter de rentrer en matière. Pour nous, elle argumente des scénarios peu plausibles, comme quoi il n’y a pas assez de disponibilité de ligne, cette dernière étant à voie unique. Nous n’y croyons pas, nos voisins suisses font circuler plus de 150 trains par jour sur voie unique, (nous avons les graphiques de circulation de Bienne-Sonceboz  et de Burgdorf-Thun). Cependant, ce qui pourrait être un inconvénient mineur c’est l’arrivée à Bellegarde et le garage des rames. En effet, l’arrêt du TER devrait se faire sur la partie de gare ou passent les TGV comportant seulement deux voies de réception, sur le trajet direct, en direction de Cornavin. Mais des solutions existent, soit faire continuer la rame TER après arrêt en gare pour ne pas encombrer l’espace, dans ce cas une prolongation sur Cornavin, soit repartir de suite dans l’autre sens mais cela peut gêner le graphique de circulation selon le prochain garage des rames pour y laisser passer un éventuel TGV. Pour raison d’économie les évitements sont rares entre Bellegarde et Nantua.

Suite au déroulement de ce projet, qui n’a jamais abouti, nous vous demandons, Monsieur le président, de bien vouloir reconsidérer notre demande de la mise en place de TER sur cet itinéraire de montagne du Haut-Bugey, au moins entre Nurieux-Volognat et Bellegarde et d’inclure cette offre dans le nouveau contrat de cette année entre la région Auvergne-Rhône-Alpes et la SNCF ou un éventuel nouvel opérateur.

Avec nos remerciements, veuillez recevoir Monsieur le Président, nos respectueuses salutations.

 

Jean Bernard Lemoine  Président ASURAIL

Jean-Luc Boucher  Association Le tr’Ain

Xavier Geillon  Président Gex Rail

Patrice  Plojoux  Président  alprail