Le Temps nous apprend qu’inauguré dans un contexte de grève en France, le réseau transfrontalier a ensuite dû affronter une pénurie de conducteurs puis une pandémie. En moyenne, il est tout de même parvenu à transporter 30 000 personnes par jour