Skip to main content

Les gares du CEVA présentent déjà des faiblesses !

Le Laboratoire de sociologie urbaine de l’EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne) a dressé un rapport satisfaisant sur l’ensemble des aménagements du CEVA, sauf en ce qui concerne les accès aux trams et bus ! Il faut s’attendre à des complications, notamment à la gare de Pont-Rouge à Lancy et surtout à la gare de Chêne-Bourg. Les voyageurs devront parcourir jusqu’à plus de 400 m. pour atteindre certains arrêts de tram !

A Pont-Rouge, c’est le « slalom » que les piétons devront franchir pour rejoindre leur correspondance, qui est dénoncé par l’étude.

A la halte Bachet s’il est prévu un parking P+R de 1300 places, ce ne seront que les omnibus qui s’y arrêteront et pas les grandes lignes ! Incohérence ? L’Etat estime que non.

Du côté de la gare des Eaux-Vives, cela ne semble pas mieux :  on attend près de 14.000 personnes chaque jour aux d’ici 2020 et 20.000 en 2030. La fréquence des trams (ligne 12) sera -t-elle suffisante pour absorber tout ce monde, alors que la ligne est déjà surchargée ? Bien des questions en suspens.

Marc Moulin revient sur ce rapport dans la Tribune de Genève

 

 

Extension de la gare Cornavin : enfin un accord qui va faire démarrer le projet !

Une convention de financement a été signée début de cette année,  entre la Confédération, le canton de Genève, la Ville de Genève et les Chemins de fer fédéraux (CFF) pour augmenter la capacité du trafic en la gare de Genève.  Sur un montant total de 4,9 millions de francs suisses, la part cantonale s’élève à 1,3 million de francs.

Le programme Léman 2030, vise à doubler la capacité des trains entre Genève et Lausanne et à introduire la cadence au quart d’heure des RER Vaud et Léman Express.

( voir communiqué de presse du 1er février 2017 du Conseil d’Etat de Genève)